Auteur : axel

Pepper : Un petit robot très apprécié par les Japonais

Conçu par une start-up française, Pepper est un petit robot ayant la capacité de reconnaître les émotions. Lors de son lancement au Japon ce week-end dernier, les fournisseurs sont déjà en rupture de stock.

Votre visage présente des expressions différentes selon vos émotions : triste, joyeux, furieux… Pepper est un petit robot blanc de 1.20 m de haut. Il peut identifier les expressions sur votre visage grâce à ses caméras et à son ordinateur perfectionné qui peut distinguer le plissement des fronts, la déformation des lèvres, etc.

Le robot est aussi en mesure de vous écouter via 4 micros. Son ordinateur est capable d’identifier chaque mot qui manifeste une émotion. Par la suite, le robot vous parle et s’adapte à votre comportement. Dans ce cas, vous aurez l’impression de communiquer avec une personne qui est consciente des problèmes que vous traversez. Avec différents paramètres, Pepper peut estimer que vous êtes déprimé, alors il vous proposera d’écouter de la musique ou vous redonnera un sourire en faisant des blagues.

 

Direction l’Europe

Ce qui caractérise aussi Pepper, c’est qu’il peut apprendre. Lorsqu’il reconnait une émotion, il identifie vos réactions : ton de la voix, mouvements particuliers… S’il vous voit donc en colère pour la seconde fois, il va comprendre très vite votre comportement.

Pepper a été conçu par Alderbaran, une société française rachetée par un grand groupe japonais. C’est un robot révolutionnaire qui est prévu pour vous assister. Mais les observateurs se demandent si c’est vraiment utile d’avoir chez soi un robot qui vous console ? Pour les Japonais, la réponse est évidemment OUI. Pour cause, les 1 000 exemplaires de Pepper ont tous été vendus le week-end dernier. Le fabricant est désormais en rupture de stock. Le constructeur veut maintenant conquérir le marché européen et envisage d’y exporter son petit robot vers la fin de l’année. Pour rappel, Pepper coûte autour de 8 000 euros. Il faut noter que se faire de vrais amis humains est beaucoup plus abordable.

Continue Reading

Le port de Singapour décroche encore une fois le titre de ‘Best Seaport Asia’

Une fois encore, le port de Singapour devance le port de Shanghai et de Hong Kong et déroche pour la 27e fois successive le titre de ‘Best Seapor-Asia’. Ce classement se passe dans le cadre des AFLAS Awards qui, notons-le, portent une reconnaissance aux meilleurs prestataires de services en termes de logistique, d’approvisionnement et de fret. 15 000 entreprises du secteur maritime et lecteurs élisent les lauréats qui vont participer à ce concours.

Un port de bonne qualité

Le port de Singapour se distingue par ses bonnes performances : infrastructures modernes, tarifs concurrentiels… De plus, les gestionnaires du port montrent bien du professionnalisme et de la fiabilité. En 2014, le port a reçu des navires d’environ 2.37 milliards de tonnes assurant la manutention de 508 millions de tonnes de fret. Le directeur de la MPA de Singapour, Andrew Tan, envisage de toujours collaborer avec chaque acteur sur le port pour permettre à celui-ci d’être encore plus compétitif.

Tout récemment, l’état de Singapour a inauguré les 3e et 4e étapes du programme de rénovation du port Pasir Panjang. Cette modernisation vise à augmenter sa capacité à 50 millions d’EVP.

Continue Reading

Le premier ministre chinois attendu en France

Li Keqiang, le premier ministre chinois, aura un programme très chargé à partir de ce lundi vu qu’il passera à Bruxelles, à Paris, à Toulouse et à Arles. Durant le sommet de l’Union Européenne-Chine, à Bruxelles, et pendant son parcours dans l’Hexagone, l’homme d’État devra apporter des explications sur la stratégie qu’il compte adopter lors de la conférence sur le climat qui se tiendra en fin d’année. Pour rappel, la Chine est actuellement la seconde puissance économique mondiale et le premier pays pollueur.

La pollution en Chine

La Chine est toujours pointée du doigt lorsqu’il est question de pollution et de climat. Pour la prochaine conférence sur le climat, Li Keqiang ne veut plus d’échec, comme pour ce qui s’est passé à Copenhague.

Outre le climat, le premier ministre veut aussi aborder le sujet du commerce lors de sa visite. Paris espère ainsi conclure un accord concernant l’achat de plusieurs Airbus A330. Il est prévu que l’assemblage des cabines de ces derniers se fasse à Tianjin, la métropole côtière où sont déjà produits les A320.

Continue Reading