La Grèce à l’origine de la baisse de l’euro en Asie

Ce lundi, l’euro ainsi que les contrats à terme américains ont perdu autour de 2% durant les échanges en Asie. Il est également prévu que la contamination affecte les marchés financiers en Europe, qui rouvriront malgré l’annonce du référendum lancé par le premier ministre grec. Cette initiative a hâté l’arrêt des négociations avec les partenaires ainsi que la mise en place d’un contrôle des capitaux qui s’accompagne d’une fermeture provisoire des établissements bancaires et une limite des retraits sur les distributeurs automatiques.

Sur le continent asiatique, l’euro a perdu 1.9% à 1.0955 USD. Comparé au yen, l’euro perd 3% à 133.80 yens.

Il est également annoncé que les marchés d’action ouvrent en recul malgré la baisse des taux prévus samedi par PBOC. Les investisseurs vont sûrement favoriser des actifs mieux sécurisés.

 

L’euro perd 3 cents

La Grèce manque de liquidités pour régler les 1.6 milliard d’euros qu’elle doit au FMI ce mardi. De plus, l’annonce du référendum met les partenaires européens sur un pied d’hésitation, car ils refusent de la soutenir financièrement. Pendant la semaine dernière, il y avait eu un accroissement important des marchés action, car tous espéraient une entente entre le pays et ses créanciers.

Dans une publication, Goldman Sachs prévoit que l’euro perde 3 cents face au dollar s’il y avait un défaut de paiement de la Grèce. Dans cette même optique, le mouvement de recul va s’aggraver durant les prochaines semaines qui suivront ce défaut de paiement et au fut et à mesure que la BCE accroitra le nombre de rachats d’actifs dans le but de prévenir la contamination des autres pays de l’Union européenne.

 

La crise toucherait les obligations des périphériques

Si les obligations souveraines des pays ‘périphériques’ n’ont pas été touchées par la crise grecque jusqu’à maintenant, il est possible que cela change, sauf si la BCE adopte des mesures permettant de régler cette situation. Dans ce cas, la BCE doit envisager de mettre en marche le programme OMT afin d’apporter une certaine stabilité.

En début d’année, Goldman Sachs a annoncé un ‘Grexit’ qui pourrait multiplier par 3 l’écart de rendement (environ 400 points de base) entre le papier allemand et les obligations souveraines en Espagne et en Italie. Mais ce niveau d’écart demeurerait en dessous de 200 points de base.

axel

View more posts from this author